Détails des prochaines sessions

Dans le cadre de Photofestival 2021

Une exposition de Pierre-Yves Marzin

 
Au Mexique, pays de non-droit à la démocratie déliquescente, l’écrasante majorité des affaires de justice restent non résolues. L’impunité règne. Il existe cependant dans ce pays un endroit où c’est l’inverse : 95 % des affaires sont résolues, seulement 5 % restent classées sans suite.
 
Cet endroit se trouve dans l’Etat du Guerrero où vit un patchwork de communautés, indigènes à 85 %, parlant le mixtèque et le tlapanèque. Dans cette région, l’une des plus marginalisées du pays, à six heures de route au sud de Mexico, les habitants sont des paysans, de petits éleveurs, producteurs de café et de maïs pour la plupart...
 
Né en Bretagne en 1972, Pierre-Yves Marzin est depuis 1997 photographe indépendant au Mexique, en France et en Espagne. Collaborateur régulier du journal Libération, il est basé à Madrid. Son travail est notamment paru dans le Monde Diplomatique, Le Temps, Le Journal du Dimanche, Internazionale, Ar Men, Milenio Diarion La Jornada, Proceso Sur, Geneneracion, La Tempestad, Revesta Mu…
 
Ses travaux portent principalement sur la péninsule ibérique et l’Amérique Latine. 
 
Il a publié le livre War Hent Ar Chiapas : Sur la route du Chiapas aux éditions Skol Vreizh en 2001 et en 2008, la série « Mexico City Blues » dans l’ouvrage collectif dirigé par le photographe Bernad Plossu Visiones de Mexico, 21 fographos,  éditions Pentagafeditoral. Il est membre du collectif de photographes RIVA PRES.