Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Pardon / Eve ENSLER - Les Médiathèques de la Baie

Fil de navigation

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.

Eve Ensler écrit la lettre que son père aurait dû lui écrire pour lui demander pardon.Comme des millions de femmes, elle a attendu sa vie entière des excuses qui ne sont jamais venues. Son bourreau, qui fut aussi son père, est mort sans exprimer aucun regret. Eve Ensler imagine cette lettre que son père n'a jamais écrite car "c'est notre imagination qui nous permet de franchir les limites, d'approfondir le récit et d'inventer des issues nouvelles". Pour pouvoir se libérer de ces violences et de cette oppression terrible dont elle a été victime. "Au travers de cette lettre, j'entends essayer de doter mon père de la volonté et des mots du repentir, de façon que je puisse enfin être libre". C'est ainsi qu'Eve a décidé d'écrire elle-même cette demande de pardon tant espérée. Derrière les mots fantasmés de son père, c'est peu à peu la vie d'Eve, ses luttes et ses passions qui transparaissent. Cette demande passe par la reconnaissance du mal fait. Il prend toutes les formes les plus inimaginables et l'on comprend bien que la mise en récit de ces actes criminels (violences sexuelles, physiques et psychologiques) est la condition nécessaire de reconnaissance de ce qui a été pour que le pardon puisse être demandé. C'est terrifiant mais ça a été, cela doit donc être énoncé. A la lecture, on ne peut qu'être saisi par l'énergie, la force de vie, la capacité extraordinaire d'élaboration de l'indicible qu'il a fallu mobiliser. Cette capacité d'énonciation n'est pas une dénonciation; elle est bien au delà et permet d'envisager un chemin de vie.

Pardon est un texte salvateur qui a suscité à sa parution aux États-Unis la même onde de choc que Les Monologues du vagin. « UN TEXTE HORS DU COMMUN. PERSONNE N'EN SORTIRA INDEMNE. » Naomi Klein.

Pardon est disponible en livre numérique :

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.