Aller au contenu Aller à la recherche Aller au menu principal

Blanc autour / Wilfrid Lupano & Stéphane Fert - Les Médiathèques de la Baie

Fil de navigation

Nous avons détecté une activité suspecte. Veuillez cliquer ici pour poursuivre.
En 1832, dans la petite ville de Canterburry,  Prudence Crandall est enseignante dans une école pour filles. Un jour, estimant que les noirs devaient également avoir accès à l'éducation, elle accueille dans sa classe la jeune Sarah.
Même si l'esclavage n'est plus pratiqué dans le Connecticut comme dans la plupart des états du nord, la population blanche garde le souvenir de la révolte sanglante organisée par Nat Turner, esclave noir instruit, sachant lire et écrire, ce qui était loin d'être la norme à l' époque.
Dans le comté de Southampton en Virginie, des dizaines de blancs, hommes, femmes et enfants avaient été massacrés.
 
Pour les habitants de Canterbury, instruction rime désormais avec insurrection. Ils menacent de retirer leurs filles de la classe si Sarah y reste.
Prudence les prend au mot et l'école devient un établissement réservé aux filles noires.
Non loin de là, Sauvage, un jeune garçon noir livré à lui-même, ne peut s'empêcher de relater avec admiration, les faits d'armes de Nat Turner.

Cet album est inspiré de faits réels, l'institutrice ouvrira l'une des premières écoles destinée aux Afro-Américaines et ce, malgré les tensions entre les noirs et les blancs. Elle et ses élèves étaient donc soumises à une pression constante et à de nombreuses menaces et humiliations de la part de la population locale.
"Et d'ailleurs, pourquoi des filles? En quoi cela va t'il les aider dans leurs tâches quotidiennes" s'interroge une vieille bigote, car, en plus du racisme, les femmes noires de cette époque subissaient un sexisme exacerbé. 

Ce qui m'a frappé lors de la lecture de cette BD, c'est d'abord sa patte graphique. C'est coloré, magnifique, chatoyant et onirique. En effet, cette histoire se lit comme un conte avec ce qu'il faut de mysticisme et de "sorcellerie". 
De ce fait, beaucoup d'éléments ou de personnages ont été inventés ce qui pourrait déplaire aux lecteurs appréciant les reconstitutions rigoureuses.
Cependant, à la fin de l'ouvrage, une postface agrémentée de photos de certains protagonistes nous relate les faits historiques, références et bibliographie à l'appui.
 
Un très bon roman graphique post #metoo et #blacklivematters !